DEUX LETTRES ET UN POÈME DE RIMBAUD OFFERTS PAR UN MYSTÉRIEUX MÉCÈNE : CHARLEVILLE-MÉZIÈRES JUBILE

Le maire de Charleville-Mézières, Boris Ravignon, l’a annoncé durant ses vœux pour l’année 2024 : un cadeau de deux lettres et un poème d’Arthur Rimbaud, donnés par un anonyme. Ces précieux documents complèteront les vitrines du musée Rimbaud.

Une lettre d’Arthur Rimbaud écrite le 23 Juin 1891

«Permettez-moi ici, un remerciement tout particulier (…) Un très généreux mécène dont l’amour infini pour Charleville lui est monté dans l’âme, comme dirait Rimbaud, nous a fait savoir qu’il avait acquis deux lettres et qu’il souhaitait les offrir au musée Rimbaud» : Boris Ravignon, maire de Charleville-Mézières, annonce la bonne nouvelle lors de ses vœux dimanche 7 janvier 2024. En face, les Carolomacériens présents applaudissent. Un mystérieux donateur vient d’offrir un cadeau d’une valeur de 280.000 euros : deux lettres manuscrites d’Arthur Rimbaud ainsi qu’un poème recopié de la main de Paul Verlaine, l’amant du poète ardennais.

L’édile est heureux : «C’est un très beau cadeau qui nous touche beaucoup. D’autant qu’en 2024, on fête le 170ème anniversaire de la naissance d’Arthur Rimbaud (20 octobre 1854). L’année commence de manière formidable.» Lors de la fameuse vente du 8 décembre, Charleville-Mézières avait déjà réussi un petit exploit : acquérir une lettre d’Arthur Rimbaud datant du 21 février 1891.

Ces nouveaux documents seront prochainement exposés au musée Rimbaud de Charleville-Mézières. «Dans le mois de janvier» promet Boris Ravignon. Une bonne chose pour le libraire qui a expertisé les objets de la vente du 8 décembre, Jean-Baptiste de Proyart : «Charleville adore Rimbaud et Rimbaud fait beaucoup pour Charleville depuis sa tombe. C’est assez rare en France de voir une ville investir autant. D’autant que Rimbaud est le poète le plus cher du monde. La collection de la ville est déjà remarquable et elle l’enrichit. Même si les grands manuscrits atterrissent toujours dans une collection publique, le geste du donateur est magnifique.»

Qui est donc ce mystérieux donateur ? On ne sait que peu de choses. Il souhaite rester anonyme. «Je connais son identité sans le connaître personnellement, mais je le salue bien bas !» assure Jean-Baptiste de Proyart. Boris Ravignon, lui, laisse fuiter un minuscule indice : «Sa voix est trop connue pour passer à la radio sans être identifiée.» Vous pouvez spéculer.

Lors des enchères du 8 décembre 2023, ce célèbre anonyme avait acheté les deux lettres ainsi que le poème (pour 280.000 euros) par téléphone. A-t-il acheté ces pièces rares en sachant qu’il en ferait ensuite cadeau ? Peut-être. Jean-Baptiste de Proyart tente une explication : «Il y a des choses qui nous dépassent. J’ai connu un collectionneur qui a acheté une lettre fantastique. Il l’a rendue trois semaines après car il se sentait incapable de garder un tel trésor chez lui.»

«Ces lettres sont très fortes !»

Les deux lettres sont au format «in quarto», l’équivalent aujourd’hui du A4. «261 par 201 millimètres» précise Jean-Baptiste de Proyart. Le papier a jauni. Rimbaud a écrit ces mots à l’encre brune. La première lettre a été rédigée depuis Aden, au Yémen, le 15 janvier 1883. L’autre est datée du 23 juin 1891, depuis Marseille : «Ces lettres sont très fortes !» s’extasie le libraire expert de ces documents.

Rembobinons : en 1891, tout va mal pour Arthur Rimbaud. Au moment où il écrit la lettre du 23 juin 1891, à sa sœur, Isabelle, le poète est malade et amputé. Jean-Baptiste de Proyart lit ces mots qui précédent une mort imminente (10 novembre 1981) :

«Pour moi, je ne fais que pleurer jour et nuit, je suis un homme mort, je suis estropié pour toute ma vie. Dans la quinzaine, je serai guéri, je pense ; mais je ne pourrai marcher qu’avec des béquilles. Quant à une jambe artificielle, le médecin dit qu’il faudra attendre très longtemps, au moins six mois ! (…) Je ne sais pas du tout quoi faire. Tous ces soucis me rendent fou : je ne dors jamais une minute. Enfin, notre vie est une misère, une misère sans fin ! Pourquoi donc existons-nous ?»

https://www.francebleu.fr/infos/deux-lettres-et-un-poeme-de-rimbaud-offerts-par-un-mysterieux-mecene-charleville-mezieres-jubile-1256360

Síguenos:

Publicaciones Similares

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *